Get Adobe Flash player

Les enfants décollent

Daniel Roy
Éditions Scions, 1979, 57 pages.
(Épuisé)

 

«Il y a ici, de par les chemins, un troubadour qui chante le coeur sur la main, de façon simple, un barde à la douce révolte et aux yeux clairs et tristes, un poète bodedandoeil, qui joue avec les mots sérieux de tout le monde occupé à parler toujours la même phrase.»

Daniel Gagnon, L'Estrie, novembre 1979

 

Comme le dit si bien Yves Gosselin :  «Les enfants décollent, le lecteur également. Vol léger, joyeux, où nulle crainte de l'écrasement ne vient poindre à l'horizon. Poésie chantante, rieuse, par quoi le mot s'accomplit dans  sa coulée, sans fioriture ou poncif.  À ce que tout lecteur attend recevoir d'un être d'émotions, Les enfants décollent répondent de leurs ailes.»

Le Collectif, 27 février 1980

 

Quant à Claude Beausoleil, «ce recueil est ludique et dégagé, où Daniel Roy vient lui aussi proposer sa vision du quotidien. Les mots sont ici des terrains de jeu où le narrateur se promène avec une certaine désinvolture. « je suis un poète de l'instant magique / qui essaie de simplifier / l'invisible mot Ce recueil inscrit à travers des textes brefs et simples une atmosphère dont la qualité est un sens d'observation des détails.»

Le Devoir, 26 janvier 1980

 

 

 

 

RUES EN GLAISE

WELLINGTON WORTHINGTON

PORTLAND DOMINION WALTON LONDON

KINGSTON

KING

QUEEN

 

 

 

SONGES DÉMESURÉS

Nous dormons du matin jusqu'au soir

Enroulés d'une couverture de laine rouge sur le siège d'une Renault 66

La tempête est calme

Le salon roule vite sur la route des songes démesurés

Début juillet de la verte vie

Le dos courbé volontairement dans le grand champ de fraises

Tout brille jusqu'aux petites heures du matin dans la Norvège imaginaire

Les mots coulent en musique

Si tendres à s'y méprendre

Nous buvons à perte de vue pour étancher notre soif de bleuets

Marchant vitement

Regardant de tous bords

Tous côtés